Les meilleurs spots publicitaires de jouets vintage

Outre le fait d‘y avoir joué, les jouets vintage ont aussi marqué l’enfance de nombreuses générations via les diverses messages publicitaires de ceux-ci. Pour se remémorer de beaux souvenirs, voici quelques uns de ceux-ci :

Slinky

Slinky est un jeu à succès des années 40 et 50 mais sa mémoire demeure encore aujourd’hui. Il s’agit d’un jouet en forme de ressort fait de métal ou de plastique que l’ingénieur Richard James a inventé par accident. En effet, il s’agissait à la base d’un objet dédié aux fabricants de bateaux pour que l’impact des vagues sur la coque soit absorbé, ce qui limiterait le mal de mer. Après avoir été frappé par accident par son inventeur, l’un de ces ressorts s’est mis à se déplacer tout seul, ce qui étonna l’ingénieur. Sa femme par contre, est peu emballée par cette découverte et le nomme Slinky. Le jouet attire les foules et depuis 1945, l’année de cette découverte, il s’en est vendu 250 millions d’exemplaires.

Monsieur Patate

Monsieur Patate

Monsieur Patate

Pour faire aimer les légumes aux touts petits, George Lerner inventa en 1949 un jeu ludique et simple dans sa conception : un Monsieur Patate. Il s’agit au début d’un jouet composé de 28 pièces, pour décorer une pomme de terre, distribuées dans des boîtes de céréales. L’idée plut aux consommateurs et c’est alors que Lerner décida de racheter les droits sur cette invention pour 7000 $ s’il avait reçu 5000 $ pour les boîtes de céréales. La société Hasbro, qui d’antan se nommait Hassenfeld Brothers, commercialisa Monsieur Patate en utilisant une vraie patate. Le lancement s’est fait en 1952 avec la diffusion d’un spot publicitaire à la télévision. Le succès est au rendez-vous et la pub elle-même marquera à jamais l’histoire et les mémoires de toute une génération. A l’époque, la diffusion de la pub coutait à peine 98 sous. Jusqu’à sa mort, Lerner reçu 5% des ventes de chaque exemplaire de Monsieur Patate. En 1964, Hasbro relance l’objet en le modifiant légèrement : remplacer la vraie patate par du plastique. Des trous y sont placés pour pouvoir insérer les pièces pour la déco (bouche, nez, oreilles, etc.). Les consommateurs affluent encore plus. Le jouet a d’ailleurs été revu dans le film Toy Story en 1995, ce qui a contribué encore plus au succès et à la mémoire de l’objet. En tout, depuis 1952, plus de 100 millions de Monsieur Patate se sont vendus dans le monde.


Barbie

Barbie

Barbie

Barbara, ou plus communément connue sous le diminutif de Barbie, est une poupée issue de la société américaine Mattels. C’est un jouet mis sur le marché en 1959, un mois de mars, par Ruth Handler. Cette dernière, pour ce faire, s’est inspirée de la poupée allemande Bild Lilli que l’on avait pour tradition d’offrir aux hommes durant les enterrements de vie de jeunesse. Le nom de Barbara quant à lui, est celui de la fille de Ruth. Afin de s’éviter les soucis, Mattel rachète les droits de la poupée allemande Bild Lilli et la fait complètement disparaître du marché en 1964. A ses débuts, Barbie était disponible en brune et en blonde ; la taille de sa poitrine a dû être réduite à cause de plainte porté par des parents mais celle-ci sera de nouveau augmentée en 1997. Un autre détail qui a changé depuis avec la poupée est qu’elle regarde de face depuis 1971 si elle était tout le temps de profil avant cela. Dès ses débuts sur le marché, Barbie est un succès avec 350 000 poupées vendues en tout. Aujourd’hui, on compte plus d’un milliard de poupées Barbie vendues à travers le monde, faisant le bonheur des petites filles qui raffolent toujours autant du jouet. L’engouement des consommateurs pour la poupée est en grande partie dû à la publicité qui passait intensivement à la télé à l’époque de son lancement.

Etch a Sketch

Etch a Sketch

Etch a Sketch

Etch a Sketch ou l’ardoise magique était aux enfants d’antan ce que l’iPad est aujourd’hui pour la génération actuelle. C’est le français André Cassagnes qui en est l’auteur. Le « Magic Screen » a été présenté à la Foire du Jouet de 1959  pour la première fois et fût le jouet phare de Noel 1960. Pour éviter la rupture de stock, l’usine de fabrication a même dû ouvrir jusqu’à midi le jour de Noel de la même année.

G.I. Joe

G.I. Joe

G.I. Joe

Basé sur un film intitulé G.I. Joe ainsi qu’un show télévisé, Hasbro et Stanley Weston collaborent pour créer une poupée masculine du même nom. C’est Walter Hansen et Phil Kraczkowski qui sont chargés de la conception du jouet et les premiers exemplaires ont été aperçus sur le marché en 1964. Pour attirer les petits garçons, on attribua une cicatrice sur le visage des poupées et leurs genoux sont pliables. Aussi, le terme « poupée » n’était pas évoqué ; à la place, on préférait l’appellation « figurine d’action ». Plusieurs figurines étaient disponibles de 1964 à 1968: Rocky, un marin et soldat, Skip le marin, et Ace le pilote. Une publicité a également été diffusée, ce qui a fait que le succès était au rendez-vous. Seulement, la guerre du Vietnam a entravé les ventes un moment jusque dans les années 70 où la franchise est relancée grâce à la conquête de l’espace via le film Star Wars qui a permis aux figurines d’être à nouveau  en vogue.

Superball

Superball

Superball

La superball était le jouet le plus populaire en 1965, année de son lancement. Il s’en est en effet vendu plus de sept millions. Ce jouet a été inventé par un chimiste dénommé Norman Stingley ; il a procédé à la compression de caoutchouc synthétique pour ce faire. A l’époque, un exemplaire de la superball valait 98 cents.

Spirograph

Spirograph

Spirograph

Conçu par l’ingénieur Denys Fisher, le jouet dénommé Spirograph est apparu lors de la Foire internationale du jouet de Nuremberg en 1965 pour la première fois. Le jouet  a ensuite conquis les Etats-Unis via Kenner qui a acquis les droits de distribution outre-mer en 1966. Aujourd’hui, Spirograph est désormais une marque-déposée de Hasbro.


Operation

Operation

Operation

Operation est un jeu qui voit le jour dans le cadre d’un devoir scolaire. C’est un dénommé John Spinello qui en est l’auteur. Ce dernier vend son invention à son parrain dénommé Marvin pour 500 $ et un travail quelques temps après.  C’est en 1965 que le jeu est lancé sur le marché par l’entreprise Milton Bradley, qui reconnu tout de même John Spinello comme étant le concepteur en le rémunérant comme il se doit. C’est Hasbro qui en détient aujourd’hui les droits. La manière dont on joue à Operation diffère pour chaque pays. En Amérique du Nord par exemple, on paie celui qui joue le rôle de médecin en argent après chaque opération effectuée ; c’est donc celui qui en amasse le plus qui gagne à la fin. Au Royaume-Uni, le docteur se charge de collecter des parties du corps : dent, bras, etc. ce qui fait que le gagnant est celui qui a réussi à avoir le plus de morceaux de corps.

Lite-Brite

Lite-Brite

Lite-Brite

Lite-Brite voit le jour suite à une promenade de son inventeur dans le quartier de Time Square. Ebloui par toutes les lumières et les jeux de couleurs de cet endroit, il décide de créer un jeu créatif dans lequel des verres lumineux deviennent des dessins. C’est ainsi que le jeu est naît. C’est Hasbro qui, en 1967, s’est chargé de son lancement. Aujourd’hui encore, la pub de Lite-Brite fait revivre les bons moments de cette époque.

Hot Wheels

Hot Wheels

Hot Wheels

Hot Wheels est une création d’Elliot Handler, l’époux de celle qui est à l’origine de la poupée Barbie. C’est en 1968 que le jouet voit le jour. C’est Rick Iron qui est à l’origine du célèbre logo Hot Wheels lorsqu’il travaillait pour Mattel.

Easy-Bake Oven

Easy-Bake Oven

Easy-Bake Oven

Easy-Bake Oven est un four jouet qui attira toutes les petites filles de l’époque. Il est lancé par Kenner qui est actuellement une division de Hasbro. C’est en 1963 que la première vente a été réalisée et jusqu’en 1997, il s’en est écoulé plus de 16 millions d’exemplaire sur le marché. Le jouet est un succès grâce au fait qu’il chauffe réellement grâce à une ampoule, un Lite-Brite à 90 degrés.

Tonka

Tonka

Tonka

En créant Tonka, ses créateurs ont d’abord pensé à des outils pour le jardinage. Ce n’est qu’ensuite que l’idée d’en faire un jouet est née. En effet, il a fallu les modifier, les adapter à un tout autre marché et y rajouter un logo signé Erling Eklof avant que le succès ne soit au rendez-vous. Le nom Tonka provient du sioux qui signifie « grand ». A l’époque c’était l’acier qui était utilisé comme matériau pour les fabriquer. Peu à peu, le plastique a pris le relais vers la fin des années 1980.

Ce contenu a été publié dans GUIDE D'ACHAT, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire